Search
mercredi 14 novembre 2018
  • :
  • :

Retour sur l’essentiel du discours fleuve du Président Alpha Condé CIEA 2017 à Abidjan

Retour sur l'essentiel du discours fleuve du Président Alpha Condé CIEA 2017 à Abidjan

Retour sur l’essentiel du discours fleuve du Président Alpha Condé CIEA 2017 à Abidjan

Pour ceux qui ont raté, voici un retour sur l’essentiel du discours fleuve panafricanisme et  nationaliste du Président Guinéen Alpha Condé à Abidjan. Lors de la Conférence Internationale sur émergence de l’Afrique (CIEA) 2017  ce 27 mars 2017.

La Guinée est certes en retard mais ce n’est pas forcément un handicap

La Guinée est certes en retard mais ce n’est pas forcément un handicap. Elle va bénéficier des réflexions que les autres ont déjà faites, s’inspirer des échecs des autres, utiliser les nouvelles technologies pour aller plus vite que ceux qui sont supposés être en avance actuellement. Nous devons aussi cesser d’être des producteurs de matières premières uniquement et maîtriser toute la chaîne de valeur.

La Guinée est entrain de relever le défi de l’énergie

La Guinée est entrain de relever le défi de l’énergie en construisant des barrages. Elle attaque également le chantier des nouvelles technologies. C’est une révolution que l’Afrique ne peut pas se permettre de rater. En collaboration avec la Chine des Universités seront construites pour faire sortir des étudiants qualifiés. Il ne faut plus former des chômeurs mais mettre l’accent sur la formation professionnelle.

Le Président Alpha Condé dit qu’un jour il y a eu coupure de courant à Bamako, les maliens sont sortis avec des pancartes où il était écrit « Bamako ce n’est pas Conakry ». Aujourd’hui la guinée aussi peut sortir avec des pancartes « Conakry ce n’est pas Bamako ».

L’union Africaine était financée par l’union européenne

L’union Africaine était financée par l’union européenne. Comment voulez-vous alors parler d’indépendance? demande Alpha Condé. Les Etats Africains ont décidé de consacrer 0,2% de leurs importations pour le financement de l’UA désormais.

Alpha Condé se plaint qu’on soit encore obligé d’aller vers les étrangers pour évaluer la teneur de nos minerais. Et si ils nous mentent? On ne peut pas se former entre nous et transformer nos produits sur place? On préfère faire confiance aux opérateurs étrangers et pas à nos frères africains qui ont les mêmes compétences. Nous sommes trop attachés à l’ancienne puissance coloniale. Coupons le cordon ombilical.



Blogueur ivoirien idéaliste et passionné de nouveau médias ( web2.0), Pour moi bloguer c'est partager, témoigner, influencer et aussi apprendre.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *