Search
dimanche 20 septembre 2020
  • :
  • :

NCI 360 : Les gens qui veulent débattre et assumer ce qu’ils disent à visage découvert, on en cherche

NCI 360  Les gens qui veulent débattre et assumer ce qu'ils disent à visage découvert, on en cherche

NCI 360 Les gens qui veulent débattre et assumer ce qu’ils disent à visage découvert, on en cherche

NCI 360 : Les gens qui veulent débattre et assumer ce qu’ils disent à visage découvert, on en cherche » par  Tiemoko Antoine Assale Officiel Journaliste, analyste politique sur NCI.

Dans une réponse dont la capture a été diffusée sur certaines plateformes, le présentateur de l’émission NCI 360, Ali Diarrassouba, a écrit que sur la question de la nouvelle constitution, il fait avec les juristes « qui sont disponibles ».
Cette réponse est en quelque sorte la vérité sur une situation que vivent les présentateurs télé dans notre pays et que les Ivoiriens, majoritairement, ne savent pas: Les gens ne veulent pas prendre part à visage découvert, au débat filmé.
Ce samedi 8 août , à quelques minutes de l’enregistrement de l’émission, nous avons été informés que le deuxième juriste invité, Geoffroy Kouaho, était indisponible. Que faire ? Nous avons dû nous contenter du 1er qui était déjà sur le plateau.
La plupart des spécialistes en droit dans ce pays, y compris ceux qui ont rédigé l’actuel constitution et ceux qui l’interprètent autrement, ne sont pas disponibles, pour ne pas dire qu’ils ne veulent pas prendre la parole.
À plusieurs reprises, nous nous sommes retrouvés, à quelques minutes de l’enregistrement, devant l’indisponibilité de certains invités qui, pourtant, avaient donné leur accord. Les gens ne veulent pas prendre la parole, faire des débats, être confrontés à la contradiction, à visage découvert. Des dirigeants de partis politiques de l’opposition, contactés à plusieurs reprises, ont refusé de venir débattre et argumenter sur le plateau.
Au Pdci, avant qu’il ne soit en rupture de ban, KKB a été invité, mais il avait chaque fois répondu qu’il ne pouvait s’exprimer sans l’accord du président Bédié. Et c’est pareil pour les autres cadres membres des instances officielles de ce parti.
Depuis l’annonce du président Ouattara de se présenter, toutes les démarches de la rédaction de NCI 360 pour avoir un responsable du PDCI sur le plateau n’ont jamais eu de suite. La directrice de la communication de ce parti, peut en témoigner.
A Lider, le président Mamadou Koulibaly a chaque fois désigné un autre membres. Au FPI branche GOR, la direction n’a jamais voulu participer à un débat sur un plateau télé, en dehors du jeune Blaise Lasme qui a participé à une émission avec d’autres jeunes de partis politiques. Au FPI branche Affi, c’est Affi lui-même qui a répondu à l’invitation de NCI et est venu sur le Plateau. Avant, plus tard, de laisser Jean Bonin, la ministre Adjobi et le ministre Komoe, venir s’exprimer sur le plateau.
Même au RHDP, les choses ne sont pas aussi facile et les candidats sont parfois rares. Plusieurs fois des ministres invités avaient désisté au dernier moment. Au niveau des journalistes, il faut noter que dans le principe, l’émission est faite pour que des journalistes viennent sur le plateau pour commenter l’actualité de la semaine, c’est donc à la base, une émission faite pour les journalistes. Et, contrairement à ce que beaucoup peuvent penser, ce ne sont pas tous les journalistes qui sont disponibles ou qui sont prêts à s’exprimer contradictoirement sur le plateau.
Parfois des journalistes ont été contactés mais au dernier moment, ils ont décliné l’invitation, c’est un fait. La rédaction de l’émission fait donc avec les journalistes disponibles et, d’ailleurs, ce genre d’émission, partout, se fait avec un noyau de journalistes. Il suffit de suivre « l’heure des pros » sur Cnews ou « Afrique Presse » sur TV5-RFI, pour se rendre compte que, à 90%, ce sont les mêmes journalistes qui sont chaque fois sur le plateau.
Pour NCI 360:
Alafe Wakili repond présent quand il est disponible.
Félix Bony répond présent quand il est disponible.
André Sylver Konan répond présent quand il est disponible.
Moi-même, Assalé Tiemoko, au début j’étais disponible tous les vendredis mais maintenant en raison de mes charges dans ma commune, je ne suis disponible qu’une fois sur deux voire sur trois.
Voilà la vérité. Les gens qui veulent débattre et assumer ce qu’ils disent à visage découvert, on en cherche.
LIRE AUSSI:
Zoom sur Ilario BOTTA le manager 5 Etoiles de Radisson BLU de Bamako