Search
mardi 20 août 2019
  • :
  • :

Congrès UNJCI : des journalistes avec un candidat aux ordres du pouvoir exécutif

Congrès UNJCI des journalistes avec un candidat aux ordres du pouvoir exécutif

Congrès UNJCI des journalistes avec un candidat aux ordres du pouvoir exécutif

Hold-up déjoué. Un congrès de journalistes avec un candidat aux ordres du pouvoir exécutif. Pitié! Tout était bien parti dimanche soir pour l’élection de l’Union Nationale des Journalistes de Côte d’Ivoire. Nous avons pris notre temps depuis des mois avec tous les moyens financiers et matériels pour rénover notre union, hélas ! 

Une poignée de journalistes manipulés ont décidé de dénier le vote à des électeurs physiques au profit des procurations imaginaires, voire même des photocopies. C’est en Côte d’Ivoire que les électeurs absents sont importants que les congressistes présents. Tu ne peux pas dire oui devant 500 personnes et revenir te dédire quelques minutes après. C’est la lâcheté !

Ceux qui ont crée la chienlit ont disparu avant l’heure. La souveraineté du congrès a été battu en brèche par Cesar Etou, le président du congrès qui a laissé une minorité de personnes brigander ces élections devant les corps habillés.  Subitement, le président du congrès démissionne et on éteint la lumière sur les journalistes au Ministère des affaires étrangères.

Quand on veut faire une main basse sur tout, voici les résultats

Mais, nous agirons en intellectuel avertis.
Cette fois, même s’ils disent que le congrès va se dérouler à la Présidence ou à l’Etat major, on ira voter !
La conspiration ne passera pas, on peut faire ça aux militants d’un petit village de Kong, mais pas aux journalistes. Nous sommes plus que déterminés. Bien que parmi nous, il y a des journalistes qui sont là uniquement pour assurer les intérêts des gens.

LIRE AUSSI:
Appel à candidatures : Formation des Secrétaires généraux des établissements universitaires et de recherche de la Zone UEMOA

A un moment donné, il faut s’avoir s’assumer. Un parti politique ne parviendra jamais à nous empêcher d’élire le président de notre association.
Ici-là, on ne peut pas gérer et boucler. Il y a trois candidats. Soit c’est mon candidat ou l’autre. Celui du pouvoir ne passera jamais. Nous sommes le quatrième pouvoir. Quelle est notre puissance, notre autorité ? Nous sommes plus que déterminés à aller jusqu’au bout pour l’autonomie de notre métier et de la liberté de la presse.
Les grands frères qui soutiennent cette forfaiture, quittez dans ça !

LIRE AUSSI:
1XBET mon meilleur site de pari sportif en ligne en Côte d'Ivoire



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *