Search
vendredi 10 juillet 2020
  • :
  • :

BOUAKÉ: il y a de l’espoir… Si c’est la capitale Logistique de la Côte d’Ivoire

 

BOUAKÉ il y a de l’espoir... Si c'est la capitale Logistique de la Côte d’Ivoire

BOUAKÉ il y a de l’espoir… Si c’est la capitale Logistique de la Côte d’Ivoire

BOUAKÉ: il y a de l’espoir… Si c’est la capitale Logistique de la Côte d’Ivoire  c’est la contribution de notre ami R Lamah ! Depuis son retour sous le contrôle de l’Etat après les élections de 2011, Bouaké n’a véritablement pas encore décollé économiquement. Son titre de 2eme ville de la Côte d’Ivoire elle ne l’a tient aujourd’hui que sur le plan démographique.

Malgré des efforts consentis par le gouvernement pour sa réhabilitation, un véritable plan de relance économique et de transformation n’a cependant pas encore été trouvé et élaboré pour cette cité qui autrefois rayonnait et avait fière allure.
🇺🇸Bouaké me rappelle étrangement Chicago! pas au niveau de l’architecture mais par la similitude dans leurs positions centrales. Aux Etats-Unis Chicago est le plus grand Hub ferroviaire et un hub aéroportuaire majeur grâce surtout à sa position centrale d’où on peut facilement rejoindre la plupart des autres villes. Je sais que le gouvernement continue certainement ses réflexions sur la relance de Bouaké mais il faut le dire on sait que c’est pas facile pour une ville qui a connue ce que Bouaké a connu.

 IL y a un projet qui je pense peut tout régler et sauver cette ville. De quoi s’agit-il ?

Il y a quelques années un homme public je ne sais plus qui, avait prononcé les mots « PORT SEC » on en avait rit et on n’en a plus jamais entendu parler mais ces mots sont restés dans ma tête.  Voyez-vous, le port d’abidjan est aujourd’hui en compétition sur les pays de l’hinterland avec les ports de Dakar, Conakry, Lomé, Cotonou sans oublier ceux du Ghana et du Nigeria. Tous ces ports sur l’Atlantique offrent pratiquement les mêmes qualités de services avec quelques petites variantes.
Aujourd’hui sans se cacher, chacun fait son lobbying et son marketing avec des stratégies les plus creusées comme l’offre de services rapides, sécurisés, la qualité prix-prestations… et j’en passe. Mais comment marquer la différence et se démarquer dans cette guerre froide portuaire sous-régionale ? Il faut innover en coupant la route aux adversaires pour parler en Nouchis.
En clair il s’agit de raccourcir le chemin des importateurs et exportateurs du Niger, du Burkina et du Mali. Comment ? Avec la création de ce fameux Port Sec de Bouaké qui a la chance d’être déjà connecté à Abidjan et Ouaga par le train.

 BOUAKÉ capitale Logistique de la Côte d’Ivoire

UN PORT SEC ( Centrale logistique, terminal à containers) de 1000 Ha comprenant les Pavillons Import et Export du Burkina, du Mali et du Niger et certainement d’autres localités ivoiriennes. C’est à dire que chaque pays disposera de ses terminaux à containers « in et out » dédiés. Si on prend par exemple le Mali, toutes leurs importations délivrées au Port d’Abidjan seront directement transférées par le train (…) à leur « pavillon Import ».
Et pour leurs exportations ils n’auront juste qu’à les acheminer à leur « pavillon Export » de Bouaké d’où leurs marchandises seront transférées au Port d’Abidjan de sorte que leur camionneurs n’auront plus besoin de descendre jusqu’à Abidjan.
 Bouaké – Abidjan en aller retour c’est environ 770 km, imaginez le gains de temps et les économies qu’ils feraient. Tout le monde y gagne ! 💪🏽
– Le Port d’Abidjan prendra une option serieuse sur ses concurrents
– Les routes ivoiriennes seront moins mises à contributions donc moins dégradées par ces gros camions, moins d’accidents, moins d’embouteillages surtout dans la zone portuaire à Treichville, moins de pollution
– Les trains (…) ne s’arrêteront plus, la sitarails tournera en plein régime
– Bouaké désormais hub logistique renaîtra et connaîtra un développement de ses activités économiques tant espéré !
⛔️ Certains trouveront cette proposition peut-être folle, d’autres non, les opinions seront différentes mais comme on le dit tout part d’une vision. Il faut un élément sur lequel on peut discuter car c’est de nos échanges qu’on pourrait sortir la pierre taillée.
📌 NB: J’ai évité de trop élaborer les points pour ne pas être trop long et pour laisser la place au débat.
On peut toujours poursuivre et se rattraper en commentaires pour ceux qui le souhaitent. Vos questions, critiques et contributions seront les bienvenues!
R Lamah de l’école invisible du BIF !
LIRE AUSSI:
"Dans le lit conjugal" les chroniques d’Isaïe Biton Koulibaly